Tag: Belgrado

11
Jan

Expo 6 : six artistes, six styles, six techniques, six mois de présence…

En 2019, nous vous proposons de découvrir simultanément les univers artistiques de six créateurs aux styles très différents : Patrice Belgrado  et ses luminaires en verre et métal, Christine Lance et ses tableaux abstraits peints à l’huile, Mika N’Guyen et ses oeuvres figuratives mélangeant plusieurs techniques et matières, Jean-Pierre Pain et ses gravures, Joseph Porru et ses acryliques colorées d’inspiration cubiste, ainsi que Martine Volnay et ses sculptures en métal et tissu.

 

Patrice BELGRADO :
le fer et le verre chinés transformés en objets décoratifs

Né en 1961 à Bourgoin-Jallieu, il exerce une activité de responsable technique. Sa passion de la sculpture et du détournement de l’objet lui est venue, il y a une vingtaine d’années, et il la pratique de manière autodidacte. Il a commencé par la réalisation de sculptures pour les évènements familiaux ou amicaux. Il y a dix ans, il a décidé de consacrer son temps à créer de nouvelles pièces plus personnelles. S’intéressant à la lumière, il se sent attiré par cet aspect dans ses oeuvres en créant des lampes à partir du fer et du verre chinés.

 

Christine LANCE :
abstraction lyrique peinte à l’huile

S’exprimer spontanément… Laisser libre cours à son imagination. Cela peut paraître aisé, mais néanmoins nécessite de faire abstraction des rigueurs habituelles qui nous freinent inconsciemment. Extraire l’essence même de chaque émotion et tenter de les partager. L’abstraction lyrique répond pleinement à ces désirs. J’ouvre des chemins, le spectateur les emprunte et s’immerge en fonction de sa propre sensibilité. L’esprit est libre, la perception des couleurs et des mouvements est personnelle. Les ressentis divergent ou se retrouvent – chacun interprète selon ses états d’âme et voyage dans les mouvances des pigments. Le non-dit est essentiel.

 

Mika N’GUYEN :
peinture directe, collage et dessin

Mica Nguyen peint depuis son enfance. Elle expose depuis près de 20 ans dans de nombreux salons, en France et à l’étranger, ainsi que dans des galeries (France – Allemagne – Suisse – Belgique) et a une renommée internationale. Elle expose souvent en qualité d’invitée d’honneur et a reçu de nombreux prix et récompense dont un 3ème prix à un concours international de peinture en Belgique. Elle fait partie des artistes féminines internationales Les Amazones. Mika est adepte de la peinture directe sur la toile au couteau, pinceau, spatule à l’acrylique avec rajout de huile, collages et autres matières.

 

Joseph PORRU :
peinture figurative acrylique inspirée par le cubisme

D’origine Sarde et Lyonnais depuis des décennies, il a exercé une longue carrière technique comme chef d’entreprise en machine outils à commande numérique. Lors de ses études à l’Institution Leidrade – Petits chanteurs de Lyon à Saint Jean, il a rencontré un de ses professeurs Serge Magnin (peintre du mouvement lyonnais) qui lui a retransmis la couleur, le goût et sa passion pour le dessin et la peinture. En 2010, Joseph Porru reprend la peinture et réalise des figuratifs à l’huile et à l’encre. Cette année, il nous invite à découvrir ses oeuvres cubistes très colorées en acrylique. Ses sujets favoris : une histoire à raconter, la vie de tous les jours et des visages qui lui parlent (des portraits qu’il aime réaliser) ou tout simplement l’inspiration du moment.

 

Martine VOLNAY :
sculpture en fer habillée de fils de soi, de coton de jute…

Son inspiration pour la sculpture est le mouvement dans l’espace. A travers ses longues sculptures – filiformes, elle essaie de démontrer les pleins et les vides, le mouvement et sublimer la femme. Elle fait une étude par un dessin et met en place le squelette réalisé en fer, puis vient l’habillage de l de soie qu’elle aime travailler particulièrement, ou de fil de coton de jute et de dentelle de récupération… Il lui arrive également de teindre les fils, de travailler sur des filets. Bien sûr, tout cela est réalisé en plusieurs phases à cause du séchage avec la résine. Selon le rendu, et l’inspiration du moment, l’artiste peut éventuellement rajouter des pigments naturels et re-finaliser par la résine.

 

07
Avr

Patrice Belgrado : le métal en lumière

Quelques mots sur l’artiste.

Né en 1961 à Bourgoin-Jallieu, il exerce une activité de responsable technique.
Sa passion de la sculpture et du détournement de l’objet lui est venue, il y a une vingtaine d’années, et il la pratique de manière autodidacte.
Il a commencé par la réalisation de sculptures pour les évènements familiaux ou amicaux.
Il y a dix ans, il a décidé de consacrer son temps à créer de nouvelles pièces plus personnelles. S’intéressant à la lumière, il se sent attiré par cet aspect dans ses oeuvres en créant des lampes à partir du fer et du verre chiné. Récemment, grâce à sa pratique du travail de l’acier, il a commencé à créer également des tableaux colorés, dans lesquels le fer devient décor.
Présent il y a deux ans à la galerie Pertinence, où son exposition avait rencontré un vif succès, il nous fait la joie de revenir avec une nouvelle collection illuminée.

 

Le processus créatif de Patrice Belgrado.

D’abord, c’est une recherche de la forme – celle de l’objet, celle qui apparaît d’elle-même, au détour d’une brocante, d’un marché de village, à l’improbable étal d’un marchand.
C’est un déclic. Une vision de l’objet à venir. Un tube zébré de noir, un cadre métallique, la tête d’une lampe de chevet… Ou bien un masque d’Afrique, une roue de vélo…
C’est aussi l’idée de la forme – celle qui surgit de l’esprit, claire, jetée sur le papier avant qu’elle ne disparaisse.

Faire un croquis rapide, tracer les lignes de force.
Ensuite, caresser, tordre, amadouer la matière.
L’acier, le verre, le papier…
Travailler la lumière, l’angle et la courbure, la teinte et le grain.
Laisser infuser…

Dessiner à nouveau, reprendre l’idée.
Simplement parce qu’un objet nouveau s’intercale, entre le sculpteur et l’œuvre en cours,
ou  parce que la forme ne s’équilibre pas…

S’enfermer dans l’atelier jusqu’à l’aboutissement.
Découper, souder, visser, peindre.
Recommencer.
Chercher l’adéquation parfaite entre les matériaux et la forme.

Trouver, enfin, l’harmonie.

22
Déc

Patrice Belgrado : de fer et de lumière

Quelques mots sur l’artiste.

Né en 1961 à Bourgoin-Jallieu, il exerce une activité de responsable technique.
Sa passion de la sculpture et du détournement de l’objet lui est venue,
il y a une vingtaine d’années, et il la pratique de manière autodidacte.
Il a commencé par la réalisation de sculptures pour les évènements familiaux ou amicaux.

Il y a dix ans, il a décidé de consacrer son temps à créer de nouvelles pièces plus personnelles. S’intéressant à la lumière, il se sens attiré par cet aspect dans ses oeuvres en créant des lampes du  fer et du verre chiné.
Récemment, grâce à sa pratique du travail de l’acier, il a commencé à créer également des tableaux colorés, dans lesquels le fer devient décor. 
Lire la suite