22
Fév

Stéphanie Roux : états de corps – états d’âmes

Elle est née en 1978 en Haute Savoie et est lyonnaise de cœur depuis bientôt 18 ans. Le goût de l’art lui a été donné par son professeur de collège, Monsieur Fauvin.
Il lui a appris à regarder au lieu de voir, à transformer ce qu’elle observait en lignes et volumes, ombres et lumières… Il s’en est suivi, jusqu’à aujourd’hui, une démarche autodidacte nourrie de multiples rencontres lui permettant d’évoluer et de grandir dans la pratique de sa passion.

La dernière en date : plusieurs années guidée par Grâce Blanc au sein de l’association d’art Berjalien. Très rapidement son travail la porte vers l’être humain.
En 2012, nait la 1ère toile de la série Etats d’Ames alliant réalisme et abstraction.
C’est un projet composé de 10 dyptiques qui durera 2 ans. Chaque dyptique est empreint d’une émotion exprimée dans ses aspects visibles (40x70cm) et invisibles (40x40cm), l’expression et l’intime. C’est un appel au lien qui unit intérieur et extérieur, ce qui se voit et ce qui se ressent.
Stéphanie Roux constate : « En pratique, c’est un dialogue permanent ou discontinu qui construit le personnage, son histoire, sa vision de la vie… ce qui lui permet de me livrer l’expression d’une des émotions qui l’habite, le hante parfois. Une image très personnelle, représentant nos deux esprits, celui qui pense et celui qui ressent.
Cette série a déjà vécu plusieurs expositions, tout autant collectives qu’individuelles (Villefontaine, Grand Café de la préfecture à Lyon, Karavan Théâtre de Chassieu …).
En 2015, mes recherches et interrogations se portent sur l’expérience du nu masculin avec un modèle très vivant. Une nouvelle série est en cours de construction. Elle traite, au-delà de l’anatomie, du rapport au corps, intime relation entre soi et soi mais aussi entre soi et l’autre…la confiance, le lâcher prise, l’écoute, l’abandon… L’échange entre l’œil et son modèle. Il sera composé de travaux sur divers supports et divers techniques ».
Le prochain projet murit doucement … travailler ces inconnus du quotidien qui lorsqu’on les croise pendant l’espace d’une seconde nous touchent pour quelque chose d’impalpable et d’inexplicable et laissent une trace qui nous suivra quelques minutes, heures, jours …
Comment expliquer qu’un visage, une attitude, un vêtement peut être, peut avoir un tel effet sur nous, dans notre imagination comme dans notre corps, pourquoi cette personne-là, alors que tant d’autres apparaissent et disparaisse à nos yeux…